CNRS Ministère des Affaires Etrangères

Rechercher





Accueil > La recherche au CFEE > Programmes financés

ERC HornEast – Corne et Croissant. Connexions, Mobilité et Échanges entre la Corne de l’Afrique et le Moyen Orient au Moyen Âge.

Le projet ERC HornEast a pour but de documenter les relations entre les sociétés chrétiennes de la Corne (Éthiopie, Nubie) et leur environnement islamique, aux échelles locale et régionale (Égypte, Palestine, Péninsule arabique), afin de mieux comprendre le processus d’islamisation dans la région, au cours du Moyen Âge (VIIe – XVe siècles).

Illustration : Stèle funéraire arabe trouvée lors de la fouille du cimetière musulman de Bilet (Tigray oriental) en décembre 2018


Le projet ERC COG HornEast (Grant Agreement no 726206) propose la première étude d’ensemble sur les relations entre les sociétés chrétiennes d’Éthiopie et de Nubie et leur environnement islamique au Moyen Age, à l’échelle locale (la Corne de l’Afrique) comme à l’échelle régionale (dans l’ensemble du Proche-Orient). Le projet se fonde sur l’hypothèse que la mobilité et les échanges sur les routes de commerce et les itinéraires de pèlerinage, entre les pays riverains de la mer Rouge, n’ont pas seulement été vecteurs de l’expansion de l’islam mais aussi des facteurs de résilience et de reconfiguration des chrétientés africaines au Moyen Age.

Exception faite de leurs relations avec les autres chrétientés orientales en Égypte et Palestine, les sociétés chrétiennes d’Éthiopie et de Nubie ont longtemps été considérées comme un isolat, coupées du monde par les conquêtes arabes du VIIe siècle et, plus tard, par l’expansion de l’islam dans la Corne de l’Afrique. Dans cette perspective, l’islam a longtemps été perçu comme une importation étrangère dans la région, jouant un rôle marginal dans l’histoire des sociétés locales. En réévaluant les liens qui unissaient les chrétientés éthiopiennes et nubiennes et leur environnement médiéval, gouverné principalement par des pouvoirs islamiques, il s’agit aussi de reconsidérer la place et le rôle de l’islam dans la Corne de l’Afrique qui restent encore sous-étudiés. Les communautés et les pouvoirs islamiques ont probablement émergé en Nubie et en Éthiopie médiévales dans une relation symbiotique avec les sociétés chrétiennes. En sus de leurs relations conflictuelles, les premiers auraient donc joué un rôle d’intermédiaires entre celles-ci et le reste du monde.


Le projet ERC HornEast se donne pour objectif de :

1. Donner une vue d’ensemble des connexions entre les sociétés chrétiennes de Nubie et d’Éthiopie et leur environnement islamique (lieux, individus, contextes) dans le cadre d’une base de données ;

2. Analyser la mobilité humaine à l’échelle de la région dans différentes configurations : les pèlerinages chrétiens et musulmans au Proche-Orient ; le commerce à longue distance depuis et vers la Corne de l’Afrique, et plus particulièrement la traite des esclaves depuis la Nubie et l’Éthiopie ; enfin, l’attractivité des grandes métropoles, Le Caire au premier chef ;

3. Explorer les transferts culturels à l’échelle de la région, en contexte chrétien aussi bien qu’islamique, au travers de la circulation d’objets, de livres et de récits ;

4. Mettre en évidence les connexions locales et les relations entre communautés chrétiennes et musulmanes dans le Tigray oriental (Éthiopie), région située au cœur du royaume chrétien médiéval, à laquelle est associé le récit de la « première hégire » et où les communautés musulmanes sont documentées entre les Xe et XIIIe siècles, au travers de prospections et de fouilles archéologiques et d’un système d’information géographique (SIG) ;

5. Étendre le corpus et la connaissance des inscriptions arabes médiévales d’Éthiopie, de Nubie et du désert oriental grâce au récolement des collections muséales et à des prospections archéologiques. Ce corpus fera également l’objet d’un système d’information géographique (SIG) et de publications systématiques des inscriptions inédites.


Ce projet est novateur en ce qu’il rassemble des archéologues et historiens travaillant sur le passé de la région dans ses contextes à la fois chrétien et islamique et dans ses différentes cultures écrites (arabe, judéo-arabe, grec, vieux-nubien, copte, ge’ez, latin, langues romanes) depuis les conquêtes arabes jusqu’à l’avènement de l’Empire ottoman. Au total, il entend réintégrer la Corne de l’Afrique dans l’histoire globale de la région en croisant des domaines de recherche restés jusqu’ici largement cloisonnés.


Pour plus d’informations, consultez le carnet de recherche de l’ERC :

L’équipe du projet HornEast :

- Julien Loiseau, PI, professeur d’histoire du monde islamique médiéval (Aix-Marseille Université, IREMAM)
- Martina Ambu, doctorante en histoire de l’Éthiopie (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)
- Deresse Ayenachew, professeur associé en histoire de l’Éthiopie (Université de Debre Berhan), chercheur associé au Centre Français des Études Éthiopienne (CFEE, Addis Abeba), chercheur contractuel au sein du projet HornEast (HornEast, IREMAM)
- Sobhi Bouderbala, maître assistant en histoire de l’Islam médiéval (Université de Tunis)
- David Bramoullé, maître de conférences en histoire de l’Islam médiéval (Université Toulouse Jean-Jaurès)
- Giuseppe Cecere, professeur associé en langue et littérature arabes (Université de Bologne)
- Amélie Chekroun, chargée de recherche en histoire de l’Éthiopie (CNRS, IREMAM)
- Marie-Laure Derat, directrice de recherche en histoire de l’Éthiopie (CNRS, Orient & Méditerranée)
- Simon Dorso, doctorant en archéologie médiévale (Université Lyon-2)
- François-Xavier Fauvelle, directeur de recherche en histoire et archéologie de l’Afrique (CNRS, TRACES)
- Yves Gleize, ingénieur de recherche en archéologie et anthropologie (INRAP, CNRS, PACEA, Université de Bordeaux)
- Bertrand Hirsch, professeur d’histoire de l’Afrique médiévale (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)
- Damien Labadie, post-doctorant en philologie et histoire des langues et littératures orientales (HornEast, IREMAM)
- Lamia Mellal, coordinatrice du projet HornEast, titulaire d’un Master en histoire contemporaine du monde arabe (HornEast, IREMAM)
- David Ollivier, ingénieur de recherche en archéologie et topographie (CNRS, LA3M)
- Shahista Refaat, doctorante en histoire islamique (IREMAM, Aix-Marseille Université)
- Robin Seignobos, post-doctorant en histoire de l’Islam médiéval et études nubiennes (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, Égypte)